Apprentis..sage

Apprentis..sage

 […] Je serai toujours sage, comme un petit mouton […]   Aah ces comptines que l’ "on" chante/"apprend"/mémorise sans réfléchir, sans penser, …

 

"Être sage comme une image" est une expression qui signifie "être calme, immobile, … ".  Cependant, être "sage" est, pour moi, penser pour grandir, pour atteindre une sagesse.  Quand on dit : « Est-ce sage ? », c’est : « Est-ce réfléchi ? … »… Quand on dit : « C’est/c’était un(e) grand(e)… », c’est : « C’est/c’était une personne sensée… » (Souvent re-connue à/après sa mort et/ou au moment d’une célébrité… autre discussion).  Et grandir, c’est tout au long de notre présence vivante.  Seulement, les termes "sage" et "grandir" ont été détournés fortement de ces sens-là.  Si la conversation va dans le(s) sens "courant(s) ",  je dirais alors : « As-tu été brave ? » et « Je te vois grandi(e).  Tu dois mesurer au moins tout cela en plus que lors de notre dernière rencontre ! »…

 33367256 798799230313365 7190686929032052736 o

Expo Marcel Berlanger - BPS22 Charleroi - mai 2018 – Crédit photos : Letizia De Iuliis

 Un artiste a toujours des messages à faire passer quel que soit son art (peinture, musique, chant, danse, théâtre, photographie, écriture, dessin, sculpture, ...)... Chacun est artiste de sa vie...  Letizia De Iuliis

Une exposition fabuleuse à voir avec un guide afin d'être guidé ^^ dans cette histoire mêlant un/l'art contemporain certes... Cependant ce qui m'a interpellée c'est l'audace et le courage de l'artiste Marcel Berlanger. Cette "mise à nu" en dévoilant tout l'envers du décor autrement dit : comment a-t-il "vécu" la naissance de ses œuvres... ? Il démontre que le produit fini est ce qui est exposé habituellement et donc critiqué. Ce qu'il partage est tellement intime que cela en devient puissant ! Des techniques artistiques en 2D comme en 3D tout en étapes en passant par des liens littéraires, politiques, neurologiques, philosophiques, photographiques, scéniques, ... et bien d'autres... pour expliquer (c'est mon avis), le fonctionnement du cerveau dans le système fermé dans lequel on vit, lié au fonctionnement du cerveau quand on laisse les portes fermées sans clé s'ouvrir...

L'utilité, l'utilisation du cerveau (la "vraie matière" censée  être "bien" travaillée à défaut des "matières programmées" …) devient tellement obsolète que celui-ci est sur le chemin des oubliettes depuis relativement longtemps.  Cependant, il continue sa lutte à travers les conscients de sa présence.  Sa propre mémoire s'oublie elle-même.  Peu étonnant que personne (ne) se trouve et que chacun se cherche / cherche sa place... : « Madame, il/elle a pris ma place ! ».  Les pertes de mémoire peuvent s'avérer graves et dangereuses quand la croyance colportée que les facultés d'apprentissage et de mémorisation ne seraient pas innées et qu'il faudrait alors rendre grâce à l'école et à ses méthodes de programmation ou à ses programmes méthodologiques ou à son format-âge programmé méthodiquement ou... ou... pour nous avoir fourni ces facultés.  Ces capacités sont donc soi-disant acquises par le "système scolaire" dit dans ce cas : éducatif ou encore par LA pédagogie. C'est comme croire aux inventions alors que ce sont en réalité des découvertes de ce qui est déjà... Découvertes dans le sens : découvrir, (sou)lever la couverture, ... et non dans le sens de la nouveauté. La nouveauté serait la faculté à savoir ce qui est possible dans l'autre sens du terme "découverte" qui est devenu le sens premier du mauvais sens du terme... "Tout l'monde" suit ? Tu suis ? Oups, "Je suis " ^^

 

Une exposition originale/originelle (dé)montrant l’apprenant au travail et/ou le travail de l’apprenant en son absence présente/sa présence absente dans un/son présent dévoilé à travers un talent projet-é….

 Le talent

Le talent, ça n’existe pas.  Le talent c’est d’avoir envie de faire quelque chose. Jacques Brel

Ce qui est triste à cause de l'éducation/instruction à la comparaison, à la concurrence, à la compétition, ... c'est que l'énergie et le temps mathématique sont gaspillés et gâchés.  Un entraînement intensif à jalouser et à envier…

Le talent amène au bonheur qui est le chemin menant au talent et ce chemin de bonheur est ce qui doit être le plus partagé (« Faire un bout de chemin ensemble. ») mais cela s'est transformé en :

- il/elle a de la chance (comme si être heureux se faisait en claquant des doigts ou en mettant une pièce au casino...)

- il/elle "se la pète" (ben ouais 'y a que dans les pubs que c'est autorisé : « L..., parce que je le vaux bien ! », « Au volant de cette voiture, vous serez libre... », blablabla... Envie d'essayer une pub qui dit : « J'apprends à travers mes expériences et mes rencontres à être heureux. Cela se passe au fond de moi. » (« Et c’est tellement bon que ça se passe de commentaire(s)… P… , c’est si bon qu’on oublie tout le reste »).  En ayant rien à vendre/acheter, le peuple est paumé...

- il/elle dit ça mais "il/elle le fait mal" dit celui/celle qui n'essaie même pas... ou à peine...

- « C'est trop injuste ! » (Dédicace aux Calimero ^^)

- Tu es heureux toi ? Là tout de suite ? Moi non, mais toi oui et comme moi j'ai soif de pouvoir ou de reconnaissance alors je vais tout gâcher en douce peu importe les conséquences... mais je vais d’abord t’aider dans un moment difficile afin que tu aies "confiance"… (Dédicace aux bourreaux-sauveurs ou aux sauveurs-bourreaux souffrants par moments de ‘victimite chronique’ ^^).

- « C’est pas ma faute ! » (Dédicace aux ‘victimes’ ^^)

- …

Music

Quidam : Comment tu fais pour jouer aussi bien ?

Musicien : Le travail.

Quidam : ça doit être un don inné …

Musicien : C’est le travail.

Quidam : En plus c’est une passion, c’est pas comme si tu travaillais.

Musicien : C’EST un travail.

Quidam : Je ne comprendrai jamais comment certaines personnes peuvent être aussi douées … un mystère …

Musicien : L E  T R A V A I L …

Quidam : Bon allez je dois retourner travailler moi, amuse-toi bien !

Musicien : …

 

 

Lorsque vous voyez une qualité et/ou un talent et/ou une idée (pouvant devenir un projet) chez une personne, dites-le lui.  Cela vous prend deux minutes mais peut-être s’en souviendra-t-elle toute sa vie…

Dommage que le conditionnement soit fait dans le sens inverse et que le côté désagréable voire négatif soit mis en avant directement voire uniquement.  Et que bien souvent celui-ci n’est que le reflet d’un orgueil démesuré ou d’une peur/crainte ou d’une jalousie/envie mal placée ou… ou…

Exemple : personnellement, quand un élève agit ou dit quelque chose d’interpellant et pour le bien de tous, je rebondis directement avec gratitude et le met en avant pour son intention, son idée, son intervention, son attention, ..., ... et idem avec d'autres personnes...  L’expression "passer au-dessus de l’autorité" est ridicule et insensée (surtout à notre époque).  Quelle autorité ?  L’autori-sation de dire ou de faire… ?  La permission accordée ou non selon le pseudo-pouvoir octroyé … ? Quel est l’important ? Quelles sont les priorités ?

La pureté de l’intention importe plus que la perfection de l’action. Helen Exley

Seulement dans notre système établi, quand une idée est bonne, elle peut être freinée voire abîmée par l'ego des autres et surtout en fonction du statut social ; elle peut être utilisée voire appropriée de manière malsaine ; ...

Exemples : si un patron est félicité par un employé, "on" va traiter ce dernier de "frotte-manche"; si un employé est félicité par un patron surtout devant les autres, "on" va le jalouser, le dénigrer ou le "bannir", ... alors que cette réaction est la base de l'humain et que le statut social et/ou l'âge sont secondaires voire obsolètes.  [Attention malgré tout aux "gentillesses", être "gentil" est l’un des comportements malsains que notre société a créé… (autre discussion…)…]

La reconnaissance (dont chacun(e) a besoin) est une denrée rare à l'heure actuelle car la quête et la soif de pouvoir et de contrôle priment et amènent des comportements et des paroles absurdes en particulier : le diviser pour mieux régner...

Pointer du doigt, crier bien fort le négatif et le raccuser, ... Le plus flagrant est dans les écoles en "perdant du temps" à se plaindre d'un dysfonctionnement ou d'un mauvais comportement et à demander aux enfants de ne pas faire ça en disant : "on n'peut pas"... et être entraîné(e) dans ce dysfonctionnement va très vite vu que l'on est conditionné à la compétition et à la concurrence et…

Mettre en avant (ce) qui est bon et laisser le temps au temps en acceptant les essais-erreurs pour projeter un monde meilleur ...  Quel talent ! Non ?

Le projet

Le mot "projet" est employé un peu à tout va et malheureusement souvent détourné dans le sens « produit (fini) » à des fins commerciales, politiques, …  (Essaie !  Si ça foire/perd ce sera ta faute.  Si ça marche/gagne ce sera à nous.)

Un pro-jet émane d'une idée par rapport à un vécu ou un événement, d'un premier jet à tester et à ajuster, …

Pour que l’idée se développe, le premier jet va être "pro-jet-er" et l’évolution va le laisser devenir "pro-fessionnel". Une fois le projet (avec une "structure souple" afin qu'il soit (ré)ajusté au fil des expériences) établi, il est partagé pour devenir communautaire.  Loin de la pseudo-autorité et de l'autoritarisme assoiffés de pouvoir malveillant mais bien dans l'intention et l'attention du mieux possible pour vivre ensemble en respectant chaque individu pour ce qu'il est.

Il fait partie d’un apprentissage et/ou en est l’aboutissement… mais est-il pour autant "fini" ?  Je pense qu’il est continu car ajusté petit-à-petit… Encore faut-il accepter l’/d’ "être petit" avant l’/d’ "être grand" et ne plus vouloir mettre la charrue avant les bœufs…

Apprendre à présent en présence (de) …

Apprendre c’est d’abord s’émerveiller (d’un besoin ou non).  Cet émerveillement procurera une joie qui suscitera un je(u).  Oui jouer pour apprendre et non apprendre en jouant.  Et oui, le système croit qu’il a tout inventé et révolutionné en disant : « On va apprendre en jouant ».  Tout est je(u) à la base.  Observer (vraiment) un bébé (ou regarder vraiment ce qui vient d’être filmé et/ou publié sur les réseaux "sociaux") et l’image vaudra alors mieux qu’un long discours… à bon entendeur !

La joie d’apprendre est aussi indispensable à l’intelligence que la respiration au coureur.  Maria Montessori

JE VAIS (t’)APPRENDRE…

« L'enseignement de l'araignée n'est pas pour la mouche » dit Henri Michaux.   L'araignée va donc enseigner à la mouche ce qui serait susceptible de lui "faire du bien" (Ben oui "C'est pour bien faire ...", "C'est pour ton bien..." !) sans que la mouche ne se rende compte que le beau tissage sera sa prison mortelle avant d'être avalée par l'araignée. Une sortie de prison est possible si la mouche ne garde en mémoire que la beauté lointaine du tissage et qu'elle en tire/tisse donc un nouvel enseignement. Le côté préventif serait d'être libre de vivre d'autres enseignements que celui de l'araignée. La mouche saurait alors qu'un seul mode de pensée est irréel et grandirait en se respectant et se protégeant au mieux de l'araignée.

Il y a la mouche qui sait "tsé tsé", la mouche qui a su, la mouche qui ne sait pas encore et la mouche qui ne saura pas...

L’enseigne-ment tel-le une publicité aguicheuse et manipulatrice.  Il/elle engage des enseig-niant-s/en-saignant-s pour mettre en avant une avancée scientifique appelée : pédagogie(s) formant des écoliers (collier, colle, lié, …). Letizia De Iuliis

Tu vas aller à l’école pour apprendre dit-"on"… mais tu ne sais pas encore que tu apprendras à t’oublier… Tu vas surtout apprendre à être dépendant des obligations insensées et imposées que l’ "on" te soumettra.  Mais avant, il faut être sûr que tu sois apte à ne plus penser par et pour toi-même.  Donc, tu iras d’abord en mater-nelles (en remplacement de la mère qui devra aller travailler car le lien avec celle-ci importe peu pour développer la confiance en toi… hum…) où tu vivras de pseudo-joyeux-moments de pseudo-liberté.  Tu subiras un entraînement intensif de "raccusette marchand(e) de gazette" en te disant : « Si tu as un problème, tu le dis à Madame… » (car tu es incapable de le résoudre, il faut le faire à ta place… hum…). Ceci te sera reproché à l’avenir : « C’est pas beau de raccuser ! ».  Ensuite, "on" accentuera la dépendance à travers la peur de la première primaire (tu sais, là où il faut rester assis et faire des devoirs après ta courte journée où tu n’auras presque rien fait… hum…) où "on" te dit que c’est chouette car tu auras un cartable avec plein de fardes/cahiers à remplir (plus ou moins en équilibre de ce qui devra entrer dans ta tête) que tu porteras en plus sur le dos (aah mais non, maintenant ‘y a des roulettes… pour " jouer à aller en vacances"). C’est aussi à partir de là que tu entendras souvent les adultes dirent : « Je n’aurais jamais vu/travaillé toute la matière/tout le programme … » … Je continue ?

Une éducation juste permet d’apprendre comment penser et non pas quoi penser. Letizia De Iuliis

 entonnoir

Comment apprendre à marcher ?  En regardant et en marchant !
Comment apprendre à parler ?  En écoutant et en parlant !
Comment apprendre à écouter ?  En respectant, en se taisant et en écoutant !
Comment apprendre à lire ?  En imitant, en questionnant, en regardant, en parlant, en écoutant, ... en lisant !
...
La liste est longue ... et tout s'apprend par imitation, par jeu, par essai-erreur, par besoin, par envie et surtout avec enthousiasme !  Et pour bien lire et écrire, il faut (oui il faut) bien communiquer, bien parler à conditions que les idées et les pensées soient accueillies et non rejetées par une société malade des mots justement placés !

Voici deux vidéos explicites montrant un exemple en lecture et un autre en dessin :

📹 Un chouette ami dessinateur

📹 Un nouvel ami, prêt à philosopher

Quelle joie d'entendre cette belle histoire... peu importe la langue ou le langage ! Lire ?! À tout âge je vous dis ... « ...Tu apprendras à lire et à écrire en première année avec Madame... ».  Qui a décrété que c'était vers 5-6 ans ... en première primaire (quel mot !) ... ?!  Qui a imposé les "classes" ... le « classe-ment » ? ... 🤣Sacré Charlemagne 😂

📖 Les enfants et moi apportons des livres quand nous le souhaitons. 

Ceux-ci sont mis à disposition de tous au-dessus de la bibliothèque de la classe (avec des consignes de respect mises en commun au préalable). 

Ils ont généralement un lien avec les thèmes du moment ou nous donnent envie de les apporter tout simplement, car la lecture est pour nous une aventure remplie de plaisir et de partage avant tout...

📖 Moment de plaisir programmé dans la journée (et j’ai également un/mon livre...)

📖 Moment de calme pendant que les élèves qui ont besoin de plus de temps terminent leur travail et/ou que le professeur a des obligations administratives et/ou imprévu et/ou ......

📖 Mon livre du moment et moi : pour parler, écouter, partager, philosopher, écrire, méditer, dessiner, illustrer, apprendre, …

📖 ...

✏ Les enfants qui désirent dessiner au lieu de lire ou autre quand ils ont fini leur travail, peuvent exprimer leur envie...

LIvres classe

 

 

   Les livres apportés et prêtés restent une ou deux semaines au-dessus de la bibliothèque de la classe…

 

 

 

 

Chercher la faute ailleurs qu'en ayant LE bouc émissaire !  Merci de ne pas en vouloir aux "jeunes" mais au monde de l'éducation et aux adultes qui les rendent dépendant et leur manque de confiance en eux les transforme en mouton, en dépressif, en manipulateur, en délinquant, ...  C'est cyclique, cela se perpétue de manière différente et/ou similaire depuis plusieurs générations car les "gens" ne comprennent pas ou ne veulent pas comprendre !  Et ceux qui comprennent et ont compris depuis longtemps sont écartés avec bâtons dans les roues parce qu'ils disent non au formatage et la place est alors laissée aux gens en soif de pouvoir qui mettent le même masque que les "compréhensifs" et qui jalousent les vrais.  La place est gérée par ceux-là et par les moutons.  Dans les moutons, il y a 3 catégories : les écartés qui pour se protéger sont conscients de devoir l'être un peu.  Les pourris du pouvoir (soit très intelligents, soit très cons dans les 2 cas ils sont pathétiques).  Les gens de la masse qui comprennent ou non suivront par peur et/ou par facilité.

Non ce n'était pas "mieux avant" et non ce n'est pas la catastrophe maintenant !  Les enfants n'attendent que ça : du vrai, du juste, du bon, du dit acté et de l'acte pensé et cerise sur le gâteau : bienveillant.  Car oui, la plupart le sentent quand c’est faux... La formation des enseignants peut se transformer, s'allonger, s'abonner, ... à des pseudo-méthodes (qui fonctionneront vu que les enfants croient qu'ils ne sont rien sans les adultes. Ceux-ci s'adapteront pour contenter les adultes : enseignants, parents ou autres...).  L'apprentissage d'un langage (souvent le premier) ou autre commence par le contact (les 5 sens principaux confondus + les émotions + ... + ...) et la personne qui nous aide à apprendre, qui nous accompagne dans notre apprentissage (marre de dire "enseignant" car c'est facultatif) doit le vivre, le sentir et y croire.  " Tout "  démarre de l'enthousiasme [mais pas le "faux" imposé en début de chaque leçon/cours... non celui de l'apprenant et du guide/de l’accompagnateur (car non le mot "appreneur" n'existe pas alors stop à « Madame va t'apprendre »... Non, « Madame va t’accompagner pour que tu apprennes » ... « et Madame va apprendre à travers toi également »... Il est évident que "Madame" peut être remplacé par "Maman", "Papa", "Monsieur", "Tonton", ... ] et du besoin/de l’envie. 

D’ailleurs en parlant de leçon(s), les leçons doivent être tirées suite à des expériences et non données pour expérimenter…

Pour accompagner un apprenant, il n'y a pas à être formé à la relation mais bien à la communication.  Tout ce qui concerne le relationnel se fait naturellement en fonction des comportements exemples/modèles qui nous entourent et de qui on choisit/je choisis d’être.  C'est simplement un travail à faire sur soi et c'est le plus difficile car cela signifie  « "être soi-même" apprenant » perpétuellement.  Letizia De Iuliis

En cherchant à tout prix des méthodes pour faciliter les apprentissages, en détournant l'attention de la Nature et de ses intentions, ... ,  le système a fait (presqu') oublier qu'apprendre est difficile, est inné et est un partage, un échange, ...  Quand on apprend, on sait et on croît.  Quand on sait, on croit (savoir) et on n'apprend pas (forcément) ... (Ben oui, nous sommes à l'ère du "copier-coller" de ceux/celles qui (n')en ont pas l'air(e)...).  Apprendre est une remise en question perpétuelle, une observation critique continue des exemples vus/vécus/imposés/testés/... , une succession d'ajustements à travers des expériences (dés)agréables, ...  le tout vécu dans une ambiance la mieux et la plus sereine/joyeuse possible… et dans l’acceptation de la persévérance, de l’entraînement, de l’interaction, de la frustration, de la patience, …

Apprendre, c'est la vie et la vie c'est apprendre.  Il est temps de comprendre que l'enseignement doit disparaître = paraître 2 fois (par être/part être) au lieu de "dys-paraître".  Paraître, c’est l’être qui part et qui entraîne un dysapprentissage dans un rythme effréné amenant une santé défaillante poussant à (sur)consommer en quête d’un paradis comblant les manquements de prises de responsabilité(s) à travers un pacte signé avec le diable.

Une personne (petite ou grande) apprend seule et/ou avec une ou plusieurs autres personnes quel que soit l'âge ou la formation de la personne. L'enseignement est partout vu que l'apprentissage est partout !  Si tu veux apprendre le piano, tu vas aller trouver quelqu'un qui joue du piano et tu peux l'apprendre en 3 ans comme en 6 mois selon ton enthousiasme, ton envie et la transmission de ton "professeur" que j'aurais envie d'appeler "accompagnateur".  Des exemples il y en a énormément et la base de la pyramide est à revoir pour que ce "politico-système" évolue dans le sens humain. Tout est lié.  La première chose est de se re-lier au rythme naturel et de respecter son corps et son esprit. Ensuite, c'est de (ré)apprendre à penser par soi-même et à communiquer.  Enfin, c'est de laisser la vie suivre son cours en mettant en avant le(s) potentiel(s) de chacun afin que chacun puisse le(s) transmettre. Le cycle se perpétuera(it) alors dans une bienveillance.  Que faire?  Déprogrammer, décloisonner, déclasser, ... et instaurer des limites et des structures respectueuses.  Ceux qui sont éblouis par un bébé qui apprend et qui ne se rendent même plus compte que le système nous a éloigné de cette nature déjà-là en nous rendant dépendants et assistés, nous font oublier qu'à chaque naissance il y a une nouvelle "chance" de comprendre... et de devenir des apprentis sages.

📖Gratitude pour votre lecture.
Aussi, merci de laisser une empreinte de votre passage en offrant vos avis, vos idées, vos ressentis, ... cela peut encore être en lien avec une photo, une image, un texte, une chanson, une musique, ... (dans tous les cas bien citer l'auteur) et de partager si le coeur vous en dit car l'échange est vital et d'autres que moi pourraient également en bénéficier.
Joyeusement vôtre.

__________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 logorevu decoupeCrédit photos : Letizia De Iuliis 2016-2018

©Letizia De Iuliis - La Joyeuse Penseuse - 2019

Laisser un commentaire ...